Liste des membres actifs

Page 6 sur 16 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 11 ... 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Godert Gotthard Kettler le Mar 20 Mai 2008 - 20:08

Gotthard Gothard Kettler, duc de Courlande et de Sémigalle, né en 1517 au château d'Eggeringhausen près de Soest en Westphalie, et mort le 17 mai 1587 à Mittau, est le dernier grand-maître de l'ordre des chevaliers porte-glaives en Livonie et aussi dernier Maître de l'Ordre livonien. Suite au Pacte de Wilno, il devient le premier duc de Courlande et de Sémigalle après sa conversion à la religion luthérienne et la sécularisation des terres de l'ordre.

_________________
Armoiries duché de Courlande et du grand-maître des Chevaliers Porte-Glaive.

Godert Gotthard Kettler
gentilhomme
gentilhomme

Nombre de messages : 386
Pays/dates : Westphalie 1517 - 1587
Titres : duc
Fonctions : duc de Courlande et de Sémigalle, Grand-maître des Chevaliers Porte-Glaive, Maître de l'Ordre livonien
RDG : 3386
Date d'inscription : 20/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Philippe IV le Bel le Jeu 22 Mai 2008 - 13:54

je suis Philippe IV de France dit Philippe le Bel 1268-29 novembre 1314, roi de France de 1285 à 1314, onzième roi de la dynastie des Capétiens directs. Né en 1268 à Fontainebleau, fils du roi Philippe III de France dit Philippe le Hardi. Le 14 août 1284, Philippe épouse à l'âge de 16 ans Jeanne Ire de Navarre (reine de Navarre de 1274 à 1305), ce qui lui confère le titre de roi de Navarre (Philippe Ier) de 1284 à 1305. Surnommé par ses ennemis tout comme par ses admirateurs le « roi de marbre » ou « roi de fer », il se démarque par sa personnalité rigide et sévère. L'un de ses plus farouches opposants, l'évêque de Pamiers Bernard Saisset, dit d'ailleurs de lui : « Ce n'est ni un homme ni une bête. C'est une statue. » Philippe le Bel fut un roi qui souleva au cours de son règne beaucoup de polémiques, le pape Boniface VIII le traitant par exemple de « faux-monnayeur ». Pour assainir les finances du royaume, acheter le Quercy aux Anglais contre une rente de 3 000 livres, il s'attaque à ceux qui ont de l'argent, y compris les religieux dont l'Église catholique, les Lombards, les Juifs et les Templiers. Les rois Louis X, Philippe V et Charles IV, sont trois fils de Philippe le Bel.

_________________
Pièce d'or de Philippe le Bel, Cabinet des Médailles (Louvre).

Philippe IV le Bel
bourgeois
bourgeois

Nombre de messages : 289
Pays/dates : France 1268-1314
Titres : Roi
Fonctions : Roi de France et de Navarre, dynastie des Capétiens
RDG : 3327
Date d'inscription : 20/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Claude Hector de Villars le Jeu 29 Mai 2008 - 20:08

désolé j'ai été obligé de raccourcir mon pseudo en réalité je suis: Claude Louis Hector de Villars, duc de Villars né le 8 mai 1653 à Moulins (Allier) décédé le 17 juin 1734 à Turin est l'un des généraux les plus brillants du règne de Louis XIV. Lors de la guerre de Succession d'Espagne. Il devient maréchal de France en 1702, après sa victoire de Friedlingen. Vainqueur à nouveau à la bataille de Höchstadt en 1704, il est fait duc de Villars en 1705 et pair de France en 1709. En 1712 par sa victoire surprise de Denain, il sauve les armées louis-quatorziennes de la défaite. Il est élu membre de l'Académie française en 1714. De 1715 à 1718, il préside le Conseil de la Guerre. En 1733, un an avant sa mort, il reçoit de Louis XV la très rare dignité de maréchal général des camps et armées du roi. Son titulaire avait autorité sur tous les autres maréchaux de France. On compte en tout dans "L'Ancien Régime" seulement six titulaires de cette haute dignité de l'armée.

_________________
Claude Louis Hector de Villars, maréchal général des camps et armées du roi

Claude Hector de Villars
chevalier banneret
chevalier banneret

Nombre de messages : 882
Pays/dates : France 1653/1734
Titres : Claude Louis Hector de Villars Maréchal général
Fonctions : Maréchal général des camps et armées du roi, Duc de Villars, Pair de France, membre de l'Académie française
RDG : 3896
Date d'inscription : 28/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Villiers de l'Isle-Adam le Mar 3 Juin 2008 - 22:07

je suis Philippe de Villiers de L'Isle-Adam élu grand maître de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem en 1521. Il sera le dernier Grand Maître de l'Ordre des Chevaliers de Rhodes et l'artisan d'une défense surprenante d'une petite cité devant un empire. En 1522, il défendit avec 600 chevaliers et 4500 hommes l'île de Rhodes attaquée par 200 000 hommes de Soliman le magnifique. Trahi, il dut accepter en 1523 la capitulation (Soliman voulut le voir et lui adressa ses félicitations) Lorsque le Grand Maître Villiers de l'Isle-Adam mourrut, son vainqueur, Soliman le magnifique, fera proclamer un deuil général dans son empire, à la mémoire d'un si vaillant adversaire.

_________________
Prise de Malte en 1530 par Philippe de Villiers de L'Isle-Adam

Villiers de l'Isle-Adam
bourgeois
bourgeois

Nombre de messages : 261
Pays/dates : né à Beauvais en 1464 mort à Malte en 1534
Titres : Grand Maître
Fonctions : Philippe de Villiers de L'Isle-Adam Grand maître de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem
RDG : 3391
Date d'inscription : 28/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Amédée VIII de Savoie le Mer 4 Juin 2008 - 11:24

Amédée VIII de Savoie, né à Chambéry le 4 septembre 1383 et mort au château de Ripaille (près de Thonon-les-Bains) le 7 janvier 1451, comte de Savoie (1391-1416), comte d’Aoste et de Maurienne (1391-1439), duc de Savoie (1416-1439), prince de Piémont (1418-1439, puis pape sous le nom de Félix V (1439-1449). Il était fils d’Amédée VII le comte Rouge. Son père Amédée VII étant mort dans des cirsconstances tragiques à Ripaille, le jeune Amédée devient comte alors qu'il n'a que huit ans. Une lutte va s'opérer pour la régence entre sa mère Bonne de Berry et sa grand-mère Bonne de Bourbon, qui obtiendra gain de cause et restera régente jusqu'en 1393, quand elle sera dessaisie de la régence. Malgré tout elle conservera une influence importante sur le comte qui dispose désormais du pouvoir effectif. Il est considéré comme l’un des principaux fondateurs de l’État de Savoie, par ses acquisition : le Genevois en profitant de l'extinction de son dernier comte (sans Genève, mais avec Annecy), l’incorporation définitive de l'apanage du Piémont en 1418 au comté suite à l'extinction de la lignée mâle de la branche cadette de Savoie-Achaïe, et enfin, l’érection du comté en duché le 19 février 1416 par l'empereur Sigismond en visite à Chambéry. Sous le nom de Félix V, Amédée VIII de Savoie, fut antipape au temps du concile de Bâle. L’antipape Félix V est intronisé le 23 juillet 1440 dans la cathédrale de Lausanne. Félix V se soumet en 1449 au successeur d’Eugène IV, le pape Nicolas V. Il est alors nommé évêque de Genève, légat pontifical et cardinal. Il est le dernier antipape officiellement reconnu comme tel par l’Église catholique.

_________________

Amédée VIII de Savoie
écuyer
écuyer

Nombre de messages : 479
Pays/dates : Savoie 1383 - 1451
Titres : Pape, Prince et Duc
Fonctions : pape Félix V, prince de Piémont, duc de Savoie, comte de Maurienne et d'Aoste
RDG : 3625
Date d'inscription : 30/05/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Genséric le Vandale le Jeu 12 Juin 2008 - 17:17

je suis: Genséric ou Geiseric né vers 399 sur les rives du lac Balaton et meurt à Carthage, Afrique, en 477.
Genséric est roi des Vandales en 427 puis roi des Vandales et des Alains de 428 à 477. Il est le principal responsable de la chute de l’empire romain d'Occident au Ve siècle. Pendant ses presque 50 années de règne, il fait d’une tribu germanique relativement insignifiante les maîtres d’une nouvelle Carthage et réussit à la différence d’Hannibal à vaincre les Romains. Après la mort de Genséric, le royaume vandale connaît un déclin très rapide et un effondrement total lors de la reconquête byzantine. Les historiens feront de lui le portrait le plus affreux, parce qu'il se rend maître de Rome et de Carthage, deux des plus célèbres villes du monde en ce temps-là, villes qu’il est supposé avoir détruites ce qui est en grande partie faux. Le vieux guerrier, qui avait prit le titre de roi de la terre et de la mer, mais qui, en dehors de cela, ne sera jamais égalé par ses successeurs, meurt de cause naturelle en 477 à Carthage. Il a régné presque 50 ans. Genséric sera inhumé à Utique.

_________________
Genséric ou Geiseric né en 399 sur les rives du lac Balaton meurt à Carthage le 25 janvier 477 de mort naturelle, il était roi des Vandales et des Alains et autoproclamé roi de la terre et de la mer.

Genséric le Vandale
manant
manant

Nombre de messages : 194
Pays/dates : Hongrie 399 a 477
Titres : roi
Fonctions : roi des Vandales et des Alains, autoproclamé roi de la terre et de la mer.
RDG : 3252
Date d'inscription : 09/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Constantin XI Paléologue le Dim 15 Juin 2008 - 21:02

Constantin XI (ou XII) Paléologue, dit Dragasés est le fils de Manuel II Paléologue, empereur byzantin.
Né en 1405 à Constantinople, mort le 29 mai 1453 sur les murailles de Constantinople, est le dernier empereur byzantin de 1448 a 1453 et par conséquent le dernier Empereur Romain de l'Histoire, au terme de presque 1500 ans pendant lesquels le titre fut porté.
Mehmed II sultan ottoman attaque Constantinople. Constantin XI ne peut aligner que six à sept mille soldats, dont approximativement deux mille Italiens, face à une armée très importante dont les effectifs sont incertains, la plupart des historiens actuels estiment cette armée à environ quatre-vingt mille soldats, Mehmet II met le siège devant Constantinople que Constantin défend héroïquement. Le mardi 29 mai 1453 une escouade turque découvre une poterne que la garnison italienne du secteur a laissée ouverte par mégarde la bataille est acharnée, mais les Grecs acculés aux remparts sont taillés en pièces, et lorsque tout est perdu, Constantin XI entouré de 3 fidèles dont 2 proches amis et un espagnol se débarrasse des insignes impériaux et se jette dans la masse dans une ultime charge héroïque. Son cadavre ne fut jamais retrouvé.

_________________
Constantin XI Paléologue dernier Empereur Romain de l'Histoire au terme de presque 1500 ans pendant lesquels le titre fut porté.

Constantin XI Paléologue
écuyer
écuyer

Nombre de messages : 445
Pays/dates : Constantinople 1405 - 1453
Titres : empereur
Fonctions : Empereur romain d'Orient ou Basileus, dynastie des Paléologue.
RDG : 3437
Date d'inscription : 12/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Boson V de Provence le Jeu 26 Juin 2008 - 9:29

Boson V de Provence né v. 844 - mort en 887. En 871 Charles II le Chauve le nomme gouverneur (duc) du Lyonnais et du Viennois, en 872, Charles le Chauve le nomme conseiller et chambrier de son fils Louis le Bègue (son neveu), roi d'Aquitaine depuis 867. Boson reçoit aussi le comté du Berry et les fonctions du comte Gérard d'Auvergne déposé par le roi. En 875, à la mort de l'empereur Louis II le Jeune, Boson accompagne le roi Charles le Chauve qui part en Italie pour recevoir le titre d'empereur du pape Jean VIII. Le nouvel empereur, Charles, nomme Boson son beau-frère, duc en Italie, et duc de Provence. En 876, à Pavie, Charles le Chauve avant de repartir pour le royaume de France, nomme Boson vice-roi du royaume d'Italie. Cette même année il épouse Ermengarde, la fille unique de l'empereur décédé Louis II le Jeune à la mort de son oncle, le comte Ecchard, il reçoit le comté de Mâcon et le comté de Chalon. Avec ses deux nouveaux fiefs, Boson est désormais possesseur de la quasi-totalité de la vallée du Rhône (Viennois et Lyonnais), de la vallée de la Saône (Mâconnais et Chalonnais) et de la Provence. Dès la mort de Louis II le Bègue, les droits de succession de ses fils Louis III et Carloman II sont sérieusement contestés. En 879, des grands religieux et seigneurs se réunissent en concile au château de Mantaille dans le but de choisir l'homme le plus apte à protéger l'Église et le pays. Ils choisissent Boson comme roi et décident de la restauration du royaume de Burgondie constitué des vastes possessions de Boson, mais aussi des diocèses des religieux – six archevêques et dix-sept évêques – présents (Aix, Arles, Autun, Avignon, Beaune, Besançon, Chalon, Dijon, Genève, Grenoble, Langres, Lausanne, Lyon, Macon, Marseille, Tarentaise, Tonnerre, Troyes, Valence, Vienne).
Le 15 octobre 879, Boson devient donc roi du royaume restauré de Burgondie (incluant la Provence). Il est couronné quelques jours plus tard à Lyon, par Aurélien, l'archevêque de cette ville. Il installe sa capitale à Vienne, ancienne capitale de la Gaule romaine, et se dote d'une chancellerie.

_________________
Roi du royaume de Burgondie, vice-roi du royaume d'Italie, duc de Provence du Lyonnais et du Viennois.

Boson V de Provence
chevalier
chevalier

Nombre de messages : 614
Pays/dates : Burgondie 844 a 887
Titres : roi, vice-roi & duc
Fonctions : roi du royaume de Burgondie, vice-roi du royaume d'Italie
RDG : 3599
Date d'inscription : 24/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par François de Bonne le Ven 27 Juin 2008 - 22:51

François de Bonne, (François de Bonne de Lesdiguières) né en 1543 à Saint-Bonnet (Hautes-Alpes), mort en 1626 à Valence (Drôme). Seigneur puis duc de Lesdiguières (1611), seigneur du Glaizil, maréchal de France, il fut également le dernier connétable de France. Fidèle à son roi, il gravit les échelons du pouvoir : nommé Gouverneur de Grenoble 1591, Conseiller d'Etat 1595, Commandant en Provence 1595, Lieutenant général en Dauphiné en 1597, il devient Maréchal de France en 1609, duc de Lesdiguières et pair de France en 1611, Il devient gouverneur du Dauphiné en 1612, puis Maréchal général des camps et armées du roi en 1621, puis Connétable de France et chevalier du saint esprit en 1622. Entre 1600 et 1619, il fait construire le célèbre Château de Vizille. François de Bonne possédait un château au Glaizil (le « château de Lesdiguières », aujourd'hui en ruines dans la chapelle duquel il fut enterré), et une maison forte à Saint-Bonnet-en-Champsaur. Chef militaire hors pair, diplomate et négociateur habile, qualifié par Henri IV « de rusé comme un renard », le dernier connétable de France meurt à l’âge de 83 ans, le 28 septembre 1626.

_________________
chevalier des ordres du roi, gouverneur de Grenoble 1591, conseiller d'État 1595, Lieutenant-général du Dauphiné 1597, pair de France 1611, Gouverneur du Dauphiné 1612, maréchal général des camps et armées du roi 1612, dernier Connétable de France et chevalier du saint esprit en 1622.

François de Bonne
gentilhomme
gentilhomme

Nombre de messages : 323
Pays/dates : France 1543 / 1626
Titres : Connétable de France et duc
Fonctions : duc de Lesdiguières, dernier Connétable de France, Maréchal général des camps et armées du roi, pair de France.
RDG : 3451
Date d'inscription : 26/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Robert Ier d’Écosse le Ven 4 Juil 2008 - 11:27

mon pseudo est Robert Ier d'Écosse ou Robert Bruce né en 1274 mort en 1329, comte de Carrick, roi d'Écosse de 1306 à 1329. Il appartient à la maison Bruce. Fils aîné de Robert Bruce VI († 1304), comte de Carrick, il naît au château de Cardoss. De la famille des Bruce, il hérite du titre de comte de Carrick à la mort de sa mère. Il reconnaît pendant longtemps la suzeraineté du roi Édouard Ier d’Angleterre qui le fait baron Bruce d'Anandale dans la pairie d'Angleterre en 1295. Il est couronné roi d'Écosse à Scone en 1306 mais doit se cacher et se faire passer pour mort après avoir été battu par Aymar Ier de Valence, comte de Pembroke à Methven. Au printemps 1307, il débarque dans son comté de Carrick, et profitant de la mort d'Édouard Ier, il se rend maître de presque toute l’Écosse. Puis il remporte une victoire sur Édouard II d'Angleterre à la bataille de Bannockburn en 1314. En 1326, par le traité de Corbeil, il renouvelle l’alliance avec la France. La fin de cette guerre par le traité de Northampton en 1328 reconnaît l’indépendance de l’Écosse et le titre royal de Robert Bruce. Sa dynastie s'éteint en 1371.

_________________

Robert Ier d’Écosse
bourgeois
bourgeois

Nombre de messages : 297
Pays/dates : Écosse 1274 - 1329
Titres : roi
Fonctions : roi d'Écosse, dit aussi Robert de Bruce, dynastie de Bruce.
RDG : 3399
Date d'inscription : 26/06/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Gilles de Montmorency le Lun 7 Juil 2008 - 21:59

Gilles de Montmorency-Laval, baron de Rais, comte de Brienne, dit Gilles de Rais, surnommé Barbe-Bleue. Né en 1404 décédé en 1440, maréchal de France, compagnon de Jeanne d'Arc. Apparenté à la famille de Laval et de Montmorency, il fut exécuté par pendaison pour sodomie, meurtres et sorcellerie. Seigneur de Rais, d’Ingrandes et de Champtocé-sur-Loire, ses immenses revenus, ses alliances avec de grandes familles nobles, sa parenté avec la famille royale de France et la dynastie ducale de Bretagne, firent de lui un des seigneurs les plus en vue de son époque. Petit-neveu du connétable Bertrand Du Guesclin — le héros du siècle précédent dans les premières luttes de cette interminable guerre contre les Anglais — Gilles de Rais entreprend une carrière militaire, qui allait se révéler brillante. Lors de la guerre de Cent Ans, dont il sera un des héros, on le trouve notamment aux côtés de Jeanne d'Arc. En 1429, il fut un des principaux capitaines qui aidèrent Jeanne d'Arc à faire entrer des vivres dans Orléans, et il se distingua à la prise de Jargeau le 12 juin 1429. Après l'éclatante victoire de Patay, Charles VII est sacré roi de France en 1429 et Gilles de Rais, mandaté « d'aller quérir la Sainte Ampoule» est nommé maréchal de France par ce dernier en guise de récompense pour ses valeureux services. Il était de plus conseiller et chambellan du roi. Le doute sur la culpabilité de Gilles de Rais a toujours régné, si bien qu'en novembre 1992, un tribunal composé d'anciens ministres, de parlementaires et d'experts s'est réuni au Sénat pour se livrer à une révision du procès de Gilles de Rais, laquelle révision à abouti à son acquittement. Ce jugement n'a qu'une valeur indicative, aucune juridiction constituée n'étant compétente pour réviser un procès du XVe siècle. Dans son livre "Plaidoyer pour Gilles de Rais", Jean-Pierre Bayard présente Gilles de Rais comme une victime de l'Inquisition.

_________________
Gilles de Montmorency-Laval dit aussi Gilles de Rais, petit-neveu du connétable Bertrand Du Guesclin.

Gilles de Montmorency
gentilhomme
gentilhomme

Nombre de messages : 355
Pays/dates : France 1404 / 1440
Titres : Comte et maréchal de France
Fonctions : Gilles de Montmorency-Laval dit aussi Gilles de Rais, comte de Brienne, Seigneur de Rais, Seigneur et baron du pays de Retz, maréchal de France, chambellan du roi.
RDG : 3481
Date d'inscription : 02/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Sébastien Le Prestre le Dim 13 Juil 2008 - 10:20

Sébastien Le Prestre ou Sébastien Le Prestre de Vauban, marquis de Vauban (1633 - 1707) est un homme à multiples visages : ingénieur, architecte militaire, urbaniste, ingénieur hydraulicien et essayiste français, qui préfigure, par nombre de ses écrits, les philosophes du siècle des Lumières. Expert en poliorcétique, il donna au royaume de France « une ceinture de fer » et fut nommé maréchal de France par Louis XIV. La fin de sa vie fut assombrie par l'affaire de la Dîme Royale, qu'il décida de publier, malgré l'interdiction royale : dans cet essai, Vauban proposait un audacieux programme de réforme fiscale pour tenter de résoudre les injustices sociales et les difficultés économiques des « années de misère » de la fin du règne du Roi Soleil. Vauban a voulu faire de la France un pré carré, selon son expression, protégé par une ceinture de citadelles. Il a conçu ou amélioré une centaine de places fortes. L'ingénieur n'avait pas l'ambition de construire des forteresses inexpugnables, car la stratégie consistait alors à gagner du temps en obligeant l'assaillant à immobiliser des effectifs dix fois supérieurs à ceux de l'assiégé. Il dota la France d'un glacis qui la rendit inviolée durant tout le règne de Louis XIV — à l'exception de la citadelle de Lille qui fut prise une fois — jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, où les forteresses furent démodées par les progrès de l'artillerie. Douze ouvrages de Vauban, regroupés au sein du Réseau des sites majeurs de Vauban ont été classés au Patrimoine mondial de l'UNESCO le 7 juillet 2008.

_________________
une de mes oeuvres (citadelle de Besançon UNESCO)

Sébastien Le Prestre
chevalier
chevalier

Nombre de messages : 573
Pays/dates : France 1633 - 1707
Titres : Maréchal de France
Fonctions : Sébastien Le Prestre Maréchal de France, marquis de Vauban, ingénieur et architecte militaire, commissaire général des fortifications
RDG : 3682
Date d'inscription : 07/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Philippe III de France le Mar 15 Juil 2008 - 20:07

Roi de France Philippe III de France, dit Philippe le Hardi, né le 30 avril 1245 à Poissy, mort le 5 octobre 1285 à Perpignan, roi de France de 1270 à 1285, le dixième de la dynastie des Capétiens directs. Fils de Louis IX (1214-1270), dit Saint Louis, roi de France, et de Marguerite de Provence (1221-1295). Cadet de famille, le prince Philippe n'était pas destiné à régner sur un royaume. C'est à la mort de son frère ainé Louis en 1260 qu'il devient le prince héritier. Récemment marié à Isabelle d'Aragon et père de deux garçons, Louis, l'aîné mort en 1276, ainsi que le futur Philippe IV le Bel, Philippe accompagne son père à la huitième croisade, à Tunis, en 1270. Après la prise de Carthage, l'armée est frappée par une épidémie de dysenterie, qui n'épargne pas Philippe et sa famille. Son frère Jean Tristan meurt le premier, puis, le 25 août, le roi Louis meurt à son tour. Philippe est donc proclamé roi sous le nom de Philippe III à Tunis. Par des héritages, annexions, achats, unions, et guerres, Philippe III sans cesse s'attacha à agrandir le domaine royal et y affermir son autorité. il opèra en 1271-1272 sa première transaction territoriale en incorporant au domaine royal l'héritage de son oncle Alphonse de Poitiers : le comté de Toulouse, le Poitou et une partie de l'Auvergne. Il fut cependant contraint de céder l'Agenais, la Saintonge et le Ponthieu au roi d'Angleterre Edouard Ier, par le traité d'Amiens de 1279. Il hérita également du comté de Perche et du comté d'Alençon de son frère Pierre décédé en 1283. Il eut l'occasion de faire ses premiers faits d'armes personnels en 1272, quand il convoqua l’ost royal contre les comtes de Foix et d'Armagnac qui lui contestaient son pouvoir. Armagnac se rend et Foix est battu et emprisonné. Il lui restitue cependant ses terres en 1277. Il achèta également les comtés de Nemours et de Chartres en 1274 et 1284. Il acquit aussi diverses villes, telles Harfleur ou Montmorillon. Il retira également au roi de Majorque l'autorité sur Montpellier. En revanche, il céda au pape Grégoire X le comtat Venaissin en 1274. En 1285 Philippe III engagea la croisade d'Aragonet attaqua sans succès la Catalogne (siège de Gérone du 26 juin au 7 septembre 1285). Son armée touchée par une épidémie de dysenterie fut défait en septembre à Las Formiguas, et fut obligé de faire retraite. Celle-ci fut désastreuse, et lui-même mourut à Perpignan.

_________________
Armoiries du roi Philippe III de France, dit Philippe le Hardi, dixième de la dynastie dite des Capétiens directs.

Philippe III de France
écuyer
écuyer

Nombre de messages : 497
Pays/dates : France 1245-1285
Titres : roi de France
Fonctions : Philippe III de France, dit Philippe le Hardi, fils de Louis IX, dynastie des Capétiens.
RDG : 3466
Date d'inscription : 13/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Louis X le Hutin le Ven 25 Juil 2008 - 11:02

Pour changer un roi de France, je suis Louis X de France, dit Louis le Hutin (c'est-à-dire le Querelleur), né en 1289 à Paris, mort le en 1316 à Vincennes, fut roi de Navarre de 1305 à 1316 (sous le nom de Louis Ier) et roi de France de 1314 à 1316 (sous le nom de Louis X), douzième de la dynastie dite des Capétiens directs. Fils du roi de France Philippe IV le Bel et de la reine de Navarre Jeanne Ire. En 1305, il épousa en premières noces Marguerite de Bourgogne, capétienne comme lui, fille de Robert II, duc de Bourgogne, et d'Agnès de France. Convaincue d'adultère avec la complicité de ses belles-sœurs (scandale de la Tour de Nesle), Marguerite fut condamnée à l'enfermement à Château-Gaillard, et la rumeur voudrait qu'elle y ait été étouffée, ou étranglée, à l'instigation de son royal époux. De cette union est issue la future Jeanne II reine de Navarre de 1328 à 1349.

_________________
Rois de France et de Navarre

Louis X le Hutin
bourgeois
bourgeois

Nombre de messages : 278
Pays/dates : France 1289/1316
Titres : roi
Fonctions : Roi de France et de Navarre. Dynastie des Capétiens direct
RDG : 3246
Date d'inscription : 25/07/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Hans Axel de Fersen le Ven 22 Aoû 2008 - 9:50

Hans Axel de Fersen, appelé aussi Axel von Fersen le Jeune, comte suédois et Grand Maréchal du Royaume, ministre et chancelier d'Uppsala célèbre pour sa supposée liaison (mais en tous les cas, forte amitié) avec la reine Marie-Antoinette, j'ai participé aux préparatifs de la fuite râtée à Varennes, et escorté la famille royale (Louis XVI) la nuit du 20 juin jusqu'à Bondy. Rentré en Suède, il se consacre ensuite à sa carrière. En 1792, Gustave III meurt et, comme tous ses anciens favoris, Fersen se trouve en disgrâce pendant la régence de Charles de Södermanland, futur Charles XIII, frère du feu roi, de 1792 à 1796. Quand Gustave IV Adolphe monte sur le trône, il retrouve ses offices et dignités. En 1797, il est envoyé pour représenter son pays au traité de Rastatt, mais la délégation française proteste, et il doit se retirer. En 1801, il est nommé riksmarskalk (Grand Maréchal du Royaume), ministre et chancelier d'Uppsala, mais il perd la faveur royale en s'opposant fermement à l'entrée en guerre de la Suède contre la Prusse, voulue par Gustave IV pour punir celle-ci d'avoir refusé d'envahir la France. En 1809, quand Gustave IV est chassé par un coup d'État militaire, Fersen ne prend pas parti, mais tout le monde soupçonne ses sympathies pour le prince Gustave, fils de Gustave IV. En 1810, Christian-Auguste, duc d'Augustenburg, est élu prince héritier de Suède, mais il meurt peu après. La rumeur accuse Fersen de l'avoir empoisonné. Le 20 juin 1810, en vertu de ses fonctions de riksmarskalk, Fersen est chargé d'escorter le corps du prince dans Stockholm. Une émeute se forme et Fersen meurt lapidé et piétiné par la foule, en présence de nombreuses troupes qui n'interviennent pas.

_________________

Hans Axel de Fersen
gentilhomme
gentilhomme

Nombre de messages : 398
Pays/dates : Suède 1755 a 1810
Titres : comte
Fonctions : Grand Maréchal du Royaume de Suède, Comte suédois.
RDG : 3468
Date d'inscription : 07/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Philippe Paul de Ségur le Ven 22 Aoû 2008 - 12:13

Philippe-Paul de Ségur historien français né à Paris le 4 novembre 1780 et mort à Paris le 25 février 1873. Fils du diplomate et historien français Louis Philippe de Ségur. Chef d'escadron à la bataille d'Eylau. Général de brigade en 1811, aide de camp de l'Empereur Napoléon Ier qu'il accompagna lors de la campagne de Russie. Il a laissé une Histoire de Napoléon et de la Grande Armée en 1812, précieuse pour les historiens. Les dernières campagnes de Napoléon y sont décrites avec un grand sens de l'épopée et du tragique. Membre de l'Académie française en 1830. Le 19 novembre 1831, il fut créé pair de France dans la fournée de trente-six pairs viagers destinée à permettre l'adoption à la Chambre haute du projet de loi abolissant l'hérédité de la pairie. Grand-croix de la Légion d'honneur.

_________________
Philippe-Paul de Ségur, général, aide de camp de Napoléon fils de l'historien français Louis Philippe de Ségur

Philippe Paul de Ségur
seigneur
seigneur

Nombre de messages : 986
Pays/dates : France 1780 a 1873
Titres : Comte & historien
Fonctions : Comte De Ségur, historien membre de l'Académie française, pair de France, général de brigade, Grand-croix de la Légion d'honneur.
RDG : 4204
Date d'inscription : 14/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Louis-Antoine d'Artois le Sam 23 Aoû 2008 - 19:53

J'étais Louis-Antoine d'Artois, duc d’Angoulême, devenu Louis-Antoine de France, dauphin de France, puis Louis de France, éphémère roi de France durant vingt minutes, sous le nom de Louis XIX et abdiqua avant de s'exiler avec le titre de courtoisie de « comte de Marnes ». Aîné des Capétiens et « chef de la maison de France » (1836-1844). Né le 6 août 1775 à Versailles, il est le fils aîné de Charles X de France (1757-1836) et de son épouse Marie Thérèse de Sardaigne (1756-1805), de la maison de Savoie. Il est titré à sa naissance duc d’Angoulême par Louis XVI de France. Il émigre le 13 juillet 1789 et rejoint l’armée de Condé en 1792. Le 10 juin 1799, il épouse au château de Mittau (Russie) sa cousine germaine Marie Thérèse de France (1778-1851), fille de Louis XVI. Il combat en Espagne aux côtés de Wellington en 1814. À Donzère, durant les Cent Jours, il réclame l'exécution de la convention de La Palud à Grouchy, qui en réfère à Napoléon. Sur l'ordre exprès de ce dernier, Grouchy arrête le duc et l'envoie à Sète. En 1823 il conduisit la victorieuse Expédition d'Espagne, qui gagna la bataille du fort du Trocadéro, s'empara de Cadix et restaura, en monarque absolu, Ferdinand VII d'Espagne. A l'avènement de son père Charles X en 1824 il devient dauphin de France. Suite aux émeutes dites des « Trois Glorieuses », Charles X abdique le 2 août 1830 en faveur de son petit-fils Henri d'Artois, abdication contresignée par Louis Antoine de France qui déclare renoncer à ses droits en faveur de son neveu, (Charles X eut du mal à convaincre son fils de signer). Cette abdication, contraire aux lois fondamentales du royaume, est de toute façon sans effets, car Louis Philippe d’Orléans se fait proclamer roi des Français par les chambres le 7 août, et la famille royale part pour l’exil le 16 août. Puis, au décès de son père à Göritz (Autriche) le 6 novembre 1836, Louis Antoine de France devient l’aîné des descendants d’Hugues Capet, de saint Louis, d’Henri IV et de Louis XIV. Les légitimistes le reconnaissent alors comme roi de France et de Navarre sous le nom de « Louis XIX ».

_________________
Louis-Antoine d'Artois, duc d’Angoulême, devenu Louis-Antoine de France, dauphin de France, puis Louis de France, éphémère roi de France durant vingt minutes sous le nom de Louis XIX, abdiqua avant de s'exiler avec le titre de courtoisie de « comte de Marnes ». Aîné des Capétiens et « chef de la maison de France » (1836-1844). Colonel-général du régiment "Angoulême-Dragon".

Louis-Antoine d'Artois
gentilhomme
gentilhomme

Nombre de messages : 359
Pays/dates : France 1775-1844
Titres : roi de France
Fonctions : Louis-Antoine d'Artois devenu Louis-Antoine de France puis Louis de France, roi de France durant vingt minutes sous le nom de Louis XIX
RDG : 3436
Date d'inscription : 19/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Louis Ier d'Orléans le Ven 29 Aoû 2008 - 12:47

présentation de mon personnage: Louis d'Orléans ou Louis Ier d'Orléans, duc d'Orléans, dit « le Pieux », surnommé aussi « le Génovéfain », né à Versailles le 4 août 1703, décédé à Paris le 4 février 1752. Titré duc de Chartres (1703-1723), puis duc d'Orléans, duc de Valois, duc de Nemours et duc de Montpensier (1723-1752) à la mort de son père, titré premier prince du sang après la mort d'Henri Jules de Bourbon-Condé (1709) Fils du Régent Philippe d'Orléans et de Mademoiselle de Blois, fille bâtarde légitimée de Louis XIV, Louis d'Orléans fut élevé par sa mère et par sa grand-mère, la princesse Palatine, et par son précepteur, l'abbé Nicolas-Hubert Mongault. Dès le 30 janvier 1718 il fut admis au Conseil de Régence et le lendemain à celui de la Guerre. Il n'hésita pas à s'opposer à certaines décisions de son père et à son principal ministre le cardinal Dubois. À cette époque-là, il se livrait, selon le baron de Besenval, « aux passions qu'inspire la jeunesse entretenant une fille de la comédie ». En 1719, il fut nommé gouverneur du Dauphiné, s'il ne résida pas dans sa province, comme il était alors d'usage, il s'acquitta de sa tâche avec beaucoup d'application. En 1720, il fut nommé grand-maître de l'ordre de Saint-Lazare et de Jérusalem et chercha à lui rendre son lustre passé. En 1721, il devint Colonel général de l'infanterie. En 1742, Louis d'Orléans, dont la dévotion n'avait cessé de grandir depuis un veuvage qui l'avait laissé inconsolable, se retira à l'abbaye de Sainte-Geneviève où il passa les dix dernières années de sa vie. Il continua de se tenir au courant des affaires, géra son apanage, reçut et protégea les savants et se consacra à des œuvres charitables.

_________________
Louis d'Orléans, gouverneur du Dauphiné, grand-maître de l'ordre de Saint-Lazare et de Jérusalem, colonel général de l'infanterie.

Louis Ier d'Orléans
bourgeois
bourgeois

Nombre de messages : 287
Pays/dates : France 1703-1752
Titres : prince du sang
Fonctions : premier prince du sang, duc d'Orléans, de Chartres, de Valois, de Nemours et de Montpensier, colonel général
RDG : 3347
Date d'inscription : 21/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Charles III de Bourbon le Lun 1 Sep 2008 - 8:57

Charles III de Bourbon, né en 1490, mort à Rome en 1527, comte de Montpensier, de Clermont et dauphin d'Auvergne, puis duc de Bourbon, d'Auvergne, comte de Forez, de la Marche et sire de Beaujeu, gouverneur du Languedoc, connétable et vice-roi du Milanais. Il fut également connétable de France. On le nomme également le connétable de Bourbon, et il est le dernier des grands féodaux français pouvant s'opposer au roi lui-même. Il était fils de Gilbert, comte de Montpensier, de Clermont et dauphin d'Auvergne, et de Claire de Gonzague. Les comtes de Montpensier formaient la branche cadette de la famille des ducs de Bourbons ; le duc Pierre II et sa femme Anne de France, n'ayant qu'une seule fille de santé fragile, se lièrent au jeune Charles dont Anne assura l'éducation. Il finit par épouser en 1505 sa cousine Suzanne de Bourbon (1491-1521), fille et héritière de Pierre II, duc de Bourbon et d'Auvergne, comte de Forez et de la Marche et sire de Beaujeu, prince souverain de la principauté de Dombes, et d'Anne de France. Ce mariage fit de lui le seigneur le plus riche de l'époque. Pierre II décédé, sa veuve Anne, fille du roi Louis XI et ancienne Régente de France, espérait que le duché échapperait par ce mariage aux menées de Louise de Savoie, mère du nouveau roi François Ier, qui voulait mettre la main sur les riches terres des Bourbon. Mais en 1521 sur ordre de François Ier, le connétable dut quitter ses terres incognito trouvant refuge auprès de l'Empereur Charles Quint. Le mariage orchestré par Anne de France fut une vaine parade. En 1521, sa femme Suzanne mourut et Louise de Savoie, mère de François Ier, revendiqua les fiefs des Bourbons, en tant que petite-fille du duc Charles Ier de Bourbon. Le procès qui s'ensuivit dura des mois et déshérita Charles et remit les biens des Bourbons à Louise de Savoie, malgré l'intervention d'Anne de France qui vivait toujours retirée à Chantelle. Les affronts envers le connétable se multiplièrent également, si bien que sa position devint rapidement intenable. Le connétable engagea des négociations avec Charles Quint et dut finalement s'enfuir (1523). Ses biens, soit le dernier grand fief médiéval regroupant l'ensemble du Massif Central, furent confisqués et rattachés au domaine royal pour trahison. Humilié et pourchassé, il parvint à quitter le pays et fut nommé lieutenant général de l'Empereur en Italie, il combattit les Français remporta la bataille de Sésia où fut tué Bayard. Il envahit ensuite la Provence et assiégea Marseille, mais une armée de secours l'obligea à lever le siège. Il battit et fit prisonnier François Ier lors de la bataille de Pavie en 1525. Abandonné par l'empereur, qui ne voulait pas satisfaire ses ambitions (c'est-à-dire récupérer ses possessions bourbonnaises et auvergnates), il se résolut à se créer une principauté en Italie, mit le siège devant Rome, mais il mourut pendant l'assaut en 1527. La ville fut prise et pillée. Il ne laissa pas d'enfants.

_________________
dit également le connétable de Bourbon, gouverneur du Languedoc, connétable et vice-roi du Milanais. Lieutenant général de l'Empereur Charles Quint.

Charles III de Bourbon
gentilhomme
gentilhomme

Nombre de messages : 398
Pays/dates : France 1490 mort à Rome 1527
Titres : connétable de France
Fonctions : vice-roi du Milanais, connétable de France, duc de Bourbon et d'Auvergne.
RDG : 3467
Date d'inscription : 29/08/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Henri de la Tour Bouillon le Mar 16 Sep 2008 - 16:27

présentation de mon pseudo: Henri de la Tour Bouillon ou Henri de La Tour d'Auvergne ou simplement Henri de La Tour, vicomte de Turenne, duc de Bouillon, naquit au château de Joze en Auvergne en 1555. Il décède à Sedan en 1623. Sa famille descend des anciens ducs d’Aquitaine. Il est le fils de François III de La Tour d'Auvergne, vicomte de Turenne et d’Eléonore, fille aînée du connétable Anne de Montmorency, son père fut tué lors de la bataille de Saint-Quentin, son grand-père est également fait prisonnier lors de cette bataille. Orphelin à l’âge de deux ans, le roi Henri II qui était son parrain fit nommer un curateur pour s’occuper de ses biens, il est envoyé à la Cour à l'âge de dix ans. Il est au siège de La Rochelle en 1573. Plus tard, lors de la cinquième guerre de religion (1575), La Noue l’envoie à l’aide des huguenots de la région de Montauban c’est son premier commandement d’une armée et il chasse les troupes royales qui empêchait les récoltes et les vendanges. Il se convertit au calvinisme vers 1576 et devient lieutenant général du Haut-Languedoc. En 1581, après avoir accompagné François d'Alençon, duc d'Anjou aux Pays-Bas, il devient premier gentilhomme d'Henri de Navarre et se distingue en cherchant des renforts contre la Ligue en 1590. Avec l'appui d'Henri, devenu le roi de France Henri IV, il épouse Charlotte de La Marck en 1591, unique héritière du duché de Bouillon et de la principauté de Sedan. Maréchal de France en 1592, il est très proche d'Henri IV après son abjuration ce qui lui permet d'hériter de sa femme en 1594. Il sert dans les campagnes militaires jusqu'à la pacification de 1597-1598. Allié des Grands, mécontents, il est mêlé à la conspiration de Charles de Gontaut-Biron et ses terres lui sont confisquées. Il implore son pardon en 1606 et retrouve ses biens. Après la mort d'Henri IV, il intrigue contre Sully puis s'allie aux princes révoltés contre la régente mais refuse le poste de généralissime des calvinistes lors de l'assemblée de La Rochelle de 1621. Il meurt en 1623 en laissant l'image d'un prince turbulent et infidèle envers Henri IV à qui il devait pourtant la carrière et la fortune. Il fonda l'académie de Sedan, université protestante qui devint célèbre.

_________________
Autre appellation, Henri de La Tour d'Auvergne, fondateur de l'académie de Sedan, université protestante.

Henri de la Tour Bouillon
bourgeois
bourgeois

Nombre de messages : 269
Pays/dates : France 1555-1623
Titres : Prince
Fonctions : Henri de La Tour d'Auvergne, maréchal de France, Prince de Sedan, duc de Bouillon, vicomte de Turenne.
RDG : 3307
Date d'inscription : 08/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Anne de Montmorency le Lun 22 Sep 2008 - 11:47

Ma présentation: Anne de Montmorency né à Chantilly en 1492 et mort à Paris en 1567, duc et pair de France, maréchal, Grand maître de France, baron des Baux et connétable ami de François Ier. Son père Guillaume de Montmorency est général des finances et gouverneur de plusieurs châteaux royaux. Il accompagne Charles VIII dans la première expédition d’Italie. Anne est le filleul de la reine Anne de Bretagne, qui lui donne son prénom, et est élevé au château d'Amboise avec le futur roi de France François Ier. Il participe à plusieurs batailles dont celles de Ravenne (1512) et Marignan (1515). Ses qualités militaires sont révélées par la défense de Mézières (1521) qu'il dirige avec Bayard et par la prise de Novare (1522) qui le fait créer maréchal de France. Prisonnier à Pavie en 1525, il est libéré contre rançon et se retrouve négociateur dans le traité de Madrid (1526) qui met fin à la première guerre de François Ier et de Charles Quint. En guise de remerciements, le roi lui offre le château de la Fère-en-Tardenois lors de ses noces avec Madeleine de Savoie, cousine du roi. Il est alors nommé grand maître de France et gouverneur du Languedoc. Anne de Montmorency fait rénover le château médiéval de Chantilly, légué en 1484 par Pierre III d'Orgemont sans enfant, à son neveu Guillaume de Montmorency. En 1536 la défense de la Provence contre Charles Quint lui vaut la charge de connétable de France en 1538. Il profite de son crédit auprès du roi pour amener les entrevues de François Ier à Nice avec le pape Paul III et à Aigues-Mortes avec l'empereur. Cependant, en opposition avec Anne de Pisseleu, favorite du roi, François Ier ayant renoncé à cette politique pacifique qu'il défendait, il tombe en disgrâce en 1541. L'avènement d'Henri II, qui appelle le connétable son compère, lui rend sa puissance, partagée toutefois avec les Guise. Anne de Montmorency réprime durement la révolte de Bordeaux. Il ne peut empêcher les Guise de provoquer une rupture, avec Charles Quint, puis avec Philippe II. Dans la première lutte, il occupe Metz. Dans la seconde, vaincu et pris à Saint-Quentin (1557), il contribue beaucoup à la paix de Cateau-Cambrésis. Pendant les guerres de religion, il forme un "triumvirat" catholique avec le duc de Guise et Saint-André. Pris à Dreux (1562), il se rapproche après la paix de son neveu protestant, Coligny, ayant contribué à la signature de la paix d'Amboise (1563). Montmorency dirige par la suite le siège du Havre contre les Anglais, mais repousse toute intervention aux Pays-Bas. Il est mortellement blessé à la seconde bataille de Saint-Denis (1567). Créé duc et pair en 1551, Anne de Montmorency était devenu un des plus puissants seigneurs de France, possédant près de 600 fiefs, aimant les arts et protégeant Bernard Palissy ainsi que Jean Bullant, l'architecte de ses deux châteaux de Chantilly et d'Écouen. Il hérite par sa mère, Anne Pot, du château de la Rochepot dans le sud de la Côte d'Or.

_________________
Le Connétable de France a la supervision sur l'ensemble de l'armée du Roi et sur les Maréchaux.

Anne de Montmorency
manant
manant

Nombre de messages : 183
Pays/dates : France
Titres : duc et Connétable de France
Fonctions : Connétable de France, maréchal de France, duc de Montmorency, Grand maître de France, pair de France
RDG : 3230
Date d'inscription : 19/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Jean-Baptiste Bernadotte le Mar 23 Sep 2008 - 20:20

Je suis un personnage qui a eu une histoire peu banale: Jean-Baptiste Jules Bernadotte, né le en 1763 à Pau, mort en 1844 à Stockholm (Suède) eut un destin singulier, passant, en l'espace de vingt-huit ans d'un modeste grade de sous-officier français, en 1790, au rôle prestigieux, en 1818 de roi de Suède et de Norvège (sous les noms respectifs de Charles XIV Jean et Charles III Jean, après avoir été tour à tour, sous le Consulat et le Premier Empire, ambassadeur, ministre, général puis maréchal d'Empire. Fils d'un avocat, après avoir reçu une éducation soignée auprès de son père, il embrasse par goût la carrière militaire en 1780. Il s'engage comme simple soldat en 1780 au régiment de Brassac, et n'est encore que sergent-major en 1789. Lorsque la Révolution française éclate, il a le grade de sergent. Après s'être distingué aux armées du Rhin et de Sambre-et-Meuse, il est proclamé, par Jean-Baptiste Kléber, général de brigade sur le champ de bataille en 1794. Il devient peu de mois après général de division et contribue puissamment aux victoires de Fleurus et de Juliers (1794). En 1804, on l'envoie à Hanovre comme gouverneur général, et il reçoit le bâton de maréchal lors de la première création, il forme dans ce pays un corps d'armée, à la tête duquel il exécute plusieurs glorieux faits d'armes, ainsi, en 1805, il rétablit dans Munich l'électeur de Bavière Maximilien Ier de Bavière, allié de la France, et conquiert le pays de Salzbourg. Le 5 février 1818, l'ex-maréchal Bernadotte devient roi de l'Union des royaumes de Suède et de Norvège sous le nom de Charles XIV Jean en Suède et de Karl III Johan en Norvège. Il ne s'occupe plus que de faire prospérer ses États. Il est rapporté que, de son vivant, Charles XIV Jean n'aurait laissé aucun médecin l'examiner torse nu. On en aurait découvert l'explication lors de sa toilette funèbre, cet ancien soldat de la République aurait en effet été porteur d'un tatouage disant « Mort aux rois ! » Les descendants de Charles XIV Jean règnent encore aujourd'hui sur la Suède.

_________________
Armoiries de la Maison Royale de Bernadotte et de Charles XIV Jean de Suède, père d'Oscar Ier de Suède.
Spoiler:

Jean-Baptiste Bernadotte
chevalier
chevalier

Nombre de messages : 615
Pays/dates : France & Suède
Titres : maréchal d'Empire et ensuite roi Charles XIV Jean de Suède
Fonctions : Charles XIV Jean, roi de Suède et Norvège, sous napoléon, maréchal d'Empire, prince de Pontecorvo, ambassadeur, ministre.
RDG : 3658
Date d'inscription : 20/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Gilbert de la Fayette le Dim 5 Oct 2008 - 17:31

Présentation de mon illustre personnage: Gilbert du Motier de La Fayette ou Marie-Joseph Paul Yves Roch Gilbert du Motier, marquis de la Fayette, né en 1757 mort en 1834, général et homme politique français, héros de la guerre d'indépendance américaine et personnalité de la Révolution française. Il a été fait citoyen d'honneur des États-Unis d'Amérique en 2002, à titre posthume. A la chute de la Monarchie en 1792, il dut se retirer de la vie publique, pour ne rejouer de véritable rôle politique qu'à partir de la Restauration. Marie-Joseph Paul du Motier est né au château de Chavaniac, en Haute-Loire, le 6 septembre 1757, dans une ancienne famille d'Auvergne dont les origines connues remonteraient au XIe siècle. Le nom de famille trouve son nom à La Fayette, commune d'Aix-la-Fayette, son père Michel Louis Christophe Roch Gilbert Paulette du Motier, marquis de La Fayette, colonel aux grenadiers, est tué à l'âge de vingt-six ans sur le champ de bataille en Westphalie. La Fayette a alors 17 ans. Après son mariage, il fait son service militaire comme simple soldat, il est élevé au rang de capitaine de dragons. Il choisit alors de suivre, à l'exemple de son père, une carrière militaire et entre dans la Maison militaire du roi. Sa participation à la Guerre d'indépendance des États-Unis d'Amérique est l'événement qui le rendit célèbre et lui a donné sa place de symbole: "Le héros des deux mondes". Il s'embarque malgré l'opposition du roi, pour Philadelphie en 1777 et sera nommé brigadier général de l'armée américaine. Blessé à la bataille de Brandywine, il obtiendra le commandement d'une division contribuera à la signature du traité franco-américain qui conduira Louis XVI à envoyer un corps expéditionnaire aux Etats-Unis en 1780. La Fayette, aidé par les troupes de Rochambeau et la flotte du comte de Grasse, conduira les troupes de Virginie qui remporteront la victoire contre les Anglais à Yorktown en 1781. Député de la noblesse aux états généraux en 1789, La Fayette proposera un projet de Déclaration européenne des droits de l'homme et du citoyen inspiré du modèle américain. Nommé général de la milice bourgeoise parisienne le lendemain de la prise de la Bastille, il fera adopter la cocarde tricolore le 17 juillet, et sera nommé commandant des forces armées de la capitale au mois d'octobre. Partisan d'une révolution sereine et fidèle au régime monarchique, il prêtera serment à la nation à la loi et au roi lors de la fête de la fédération du 14 juillet 1790 avant de s'opposer à Danton et Marat. Responsable de la mort d'une cinquantaine de personnes lors de la fusillade qui réprimera la manifestation républicaine du Champ-de-Mars en 1791, La Fayette prendra le commandement de l'armée du Centre en 1792 et tentera d'épargner la famille royale en menaçant de marcher sur Paris. Craignant son arrestation, il passera du coté des Autrichiens en 1792, qui l'enfermeront à Magdeburg et a Olmütz. Libéré après le coup d'État, La Fayette ne participera pas à l'aventure napoléonienne. Elu député en 1815, il réclamera l'abdication de l'empereur rentré de l'île d'Elbe, puis siègera à la Chambre comme membre de la gauche libérale de 1818 à 1824. Nommé commandant de la garde nationale au cours de la révolution de 1830, il favorisera l'arrivée au pouvoir de Louis-Philippe avant de se retirer. Une maladie de vessie, dont il avait recueilli le germe aux obsèques de l'infortuné Dulong, s'aggrava rapidement et le ravit, le 20 mai 1834, dans sa 77e année.

_________________
timbre-poste des États-Unis (1757-1957) commémorant La Fayette.

Gilbert de la Fayette
écuyer
écuyer

Nombre de messages : 434
Pays/dates : France 1757 - 1834
Titres : marquis
Fonctions : Marie-Joseph Paul Yves Roch Gilbert du Motier, marquis de La Fayette, général de division, homme politique
RDG : 3472
Date d'inscription : 21/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Louis Nicolas Davout le Ven 24 Oct 2008 - 12:34

Louis Nicolas d’Avout, dit Davout, duc d’Auerstaedt, prince d’Eckmühl, né en 1770 et mort en 1823 est un maréchal d'Empire le seul à être resté invaincu en 1815. Il est l’un des plus grands chefs militaires de l’histoire de France. Après des études à l'École royale militaire d'Auxerre et a l'École royale militaire de Paris, où Napoléon Bonaparte l'a précédé d'une année, Davout entre comme sous-lieutenant au régiment de Royal-Champagne Cavalerie en 1788. Quelques années après, on le voit chef de bataillon du 3e régiment de volontaires de l’Yonne, dans l’armée du Nord de Dumouriez, et dans les années 1793, 1794 et 1795, en qualité de général de brigade aux armées de la Moselle et du Rhin, où il se signala par sa bravoure et son audace. Ses talents et son intrépidité le firent distinguer par Moreau qui lui confia des commandements importants, il fit ensuite partie de la campagne d'Égypte, accompagnant Desaix - l’un de ses rares amis dans le domaine militaire dans l’expédition de Napoléon Bonaparte en Égypte, et contribua ardemment à la victoire d’Aboukir. De retour en France avec Desaix, Davout fut nommé général de division. Il épousa Aimée Leclerc, belle-sœur de Pauline Bonaparte, intégrant ainsi le cercle familial du Premier Consul. Napoléon lui confia le commandement en chef des grenadiers de la garde consulaire en 1802, puis en fit l’un des maréchaux d’Empire lors de la première promotion de 1804. En 1805 il reçut le commandement du 3e corps de la Grande Armée avec lequel il prit part aux victoires d’Ulm et d’Austerlitz (1805). Il obtint une victoire brillante lors de la bataille d'Auerstaedt contre la moitié de l’armée prussienne, plus de deux fois supérieure en nombre et dirigée par les deux principaux commandants de l’armée adverse, le duc de Brunswick qui meurt lors de la bataille et le Roi de Prusse Frédéric-Guillaume III. La victoire fut d'autant plus brillante que Bernadotte lui refusa le soutien de son propre corps d'armée. Il fut alors fait prince d’Eckmühl. Il fut peu après nommé gouverneur-général du grand duché de Varsovie qui comprenait la surveillance des villes hanséatiques après le traité de Tilsit en 1807 et duc d’Auerstädt. Dans ces fonctions, il réorganisa l’armée polonaise. Napoléon lui confia la tâche d’organiser la Grande Armée qui envahit la Russie en 1812. Commandant ce corps de 70 000 hommes en 1812, il obtint une victoire sur les Russes à Moguilev mais ne parvint pas à encercler l’armée russe de Bagration du fait de la lenteur de Jérôme Bonaparte chargé de l’aile droite de la Grande Armée. Il assura alternativement avec Ney, le commandement de l'arrière garde de l'armée lors de la terrible retraite de Russie. Victorieux et seul invaincu français de la campagne, il dut, suite aux échecs de ses collègues et de Napoléon lui-même, se replier dans le secteur militaire de Hambourg qu’il fit fortifier et approvisionner. Il établit son quartier général à Hambourg en 1813 il y fut bientôt assiégé par l’ennemi victorieux. En vain, les armées russe, prussienne et suédoise, formant un total de 80 000 hommes, cherchèrent-elles à s’emparer de la place et à ébranler la fermeté du prince d’Eckmühl, leurs menaces et leurs efforts furent également inutiles. Ce ne fut qu’en 1814 qu’il consentit à remettre la place non aux généraux ennemis, mais au général Gérard, porteur des ordres de Louis XVIII. Il ne capitule que sur l’ordre de Louis XVIII après un premier refus où il avait fait tirer au canon sur le drapeau du roi de France. Pendant la première Restauration, il se retira dans ses terres de Savigny-sur-Orge. Après le retour de l’île d'Elbe appelé par Napoléon au ministère de la guerre, Davout, de concert avec l’Empereur, organisa en trois mois l’armée française sur le pied où elle était avant les événements de 1814, et créa d’immenses ressources militaires pour la défense du pays.Toutes les mesures avaient été prises pour que, dans le courant du mois d’août, 800 000 hommes fussent sur pied, armés et équipés. Le 6 juillet, le prince d’Eckmühl se mit à la tête des troupes qui abandonnaient la capitale, avant de partir il avait fait disposer dans le fort de Vincennes environ cinquante mille fusils en donnant des ordres pour que ce fort ne fût, en aucun cas, livré à l’étranger. Quand les Autrichiens franchissent le fleuve, il lui suffit de les menacer d’une bataille pour que ceux ci fassent chemin inverse, son seul nom, maréchal invaincu, suffisait à faire trembler ses adversaires. Le maréchal fit sa soumission au gouvernement royal le 14 juillet. Il remit le commandement de l’armée au maréchal Macdonald chargé de la licencier. Retiré sur ses terres, il revint toutefois pour défendre Ney, mis en accusation. Privé de ses traitements, il connut une période difficile avant de recouvrer finalement ses titres en 1817. Il ne parut à la cour de Louis XVIII qu’en 1818. Il rentra à la Chambre des Pairs en 1819 et se rallia complètement à la cause de la Restauration. Davout est mort en 1823, de phtisie pulmonaire. Il fut enterré à Paris, au cimetière du Père-Lachaise.

_________________
Le seul maréchal d'Empire à être resté invaincu en 1815, surnom "Le Maréchal de fer", "La Bête", il est l’un des plus grands chefs militaires de l’histoire de France.

Louis Nicolas Davout
chevalier banneret
chevalier banneret

Nombre de messages : 765
Pays/dates : France 1770-1823
Titres : maréchal d'Empire & prince
Fonctions : Prince d’Eckmühl, duc d’Auerstaedt, maréchal d'Empire, Pair de France, ministre de la guerre, gouverneur-général du grand duché de Varsovie.
RDG : 3859
Date d'inscription : 17/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Laurent Gouvion Saint-Cyr le Mar 4 Nov 2008 - 20:17

Laurent de Gouvion-Saint-Cyr, marquis de Gouvion-St-Cyr né en 1764 mort en 1830, Maréchal d'Empire et homme politique français. Volontaire en 1792 au 1er bataillon de chasseurs républicains, il est capitaine, le 1er novembre, adjoint du général Léonard Honoré Gay de Vernon en février 1793, puis chef de bataillon et chef-d'état-major du général Ferey en septembre 1793. À l’Armée du Rhin dans différents états-majors, il fait une carrière fulgurante : général de brigade le 5 juin 1794 et de division le 11. Tacticien remarquable, Gouvion remporte plusieurs victoires. Ayant refusé d’exécuter l’ordre irréalisable d’assiéger simultanément Gérone, Tarragone et Tortosa, il est remplacé par Augereau et quitte son poste avant l’arrivée de ce dernier. Mis aux arrêts, Gouvion reste sur la touche jusqu’en 1811, date de sa réintégration au Conseil d'État. Il commande le 6e corps de la Grande Armée lors de la campagne de Russie, est vainqueur mais grièvement blessé à Polotsk, (1812), et enfin élevé à la dignité de Maréchal d'Empire, que sa rudesse et son manque de sociabilité l’avaient empêché d’obtenir jusque-là. N’ayant guère eu à se louer de l’Empereur, il ne se rallie pas à lui durant les Cent-Jours. À son retour, Louis XVIII le fait ministre de la Guerre 1815, puis marquis de Gouvion-Saint-Cyr.
Il aura le portefeuille de la Marine puis celui de la Guerre de 1817 à 1819, réorganisera l’armée de façon remarquable et laissera son nom à la loi sur le recrutement. Il a été fait marquis en 1817. Le nom de Gouvion-Saint-Cyr est gravé sur l’Arc de triomphe de l'Étoile. Il est inhumé au Père-Lachaise.

_________________
blason marquis de Gouvion-St-Cyr, nom complet Laurent de Gouvion-Saint-Cyr.

Laurent Gouvion Saint-Cyr
manant
manant

Nombre de messages : 197
Pays/dates : France 1764 mort 1830
Titres : marquis de Gouvion-St-Cyr
Fonctions : Maréchal d'Empire, sous Louis XVIII il est fait ministre de la Guerre et marquis de Gouvion-St-Cyr.
RDG : 3207
Date d'inscription : 17/10/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Liste des membres actifs

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 19:38


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 16 Précédent  1 ... 5, 6, 7 ... 11 ... 16  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum